CHRIS MONTCLAR : Voyage dans les mondes de Lumière — www.flammeviolette.com

Pas de commentaire

Un voyage inoubliable sur les plans supérieurs de la conscience !

Auteur du post : Chris

Pour une immersion complète, je vous conseille de lire la vidéo avec un casque audio.

Un matin, alors que j’admirais les montagnes pyrénéennes sous un soleil radieux, je me trouvais subitement propulsé dans un jardin magnifique et merveilleusement fleuri. Cela ne dura que quelques secondes, mais quelle expérience ! Il est cependant difficile dans une conscience humaine de décrire les mondes de Lumière.

Je ne parle pas de plans éthériques intermédiaires déjà très beaux dans lequel je fus propulsé le temps d’un souffle, mais des véritables mondes de Lumière, c’est-à-dire des Octaves de Lumière où vivent les Maîtres Ascensionnés.

La conscience humaine peut voyager parfois sur des plans magnifiques, sans cependant égaler les « Demeures » des Maîtres qui ne sont réservées qu’à ceux et celles qui ont transcendé les limitations de la chair humaine et des plans tridimensionnels.

Les mots humains seront ainsi toujours tellement réducteurs face à la splendeur inouïe de ces mondes supérieurs, mais cependant on peut toujours essayer de s’en approcher très, très vaguement, du moins pour ces plans éthériques intermédiaires déjà très beaux.

Aussi, je vais essayer de vous raconter une histoire. Est-elle vraie ou inventée ? Je n’en sais rien moi-même, car finalement, tout comme les légendes, il y a toujours une part de vérité dans ce que l’on imagine, dans ce que l’on raconte, dans ce que l’on se rappelle des expériences sur les Plans Intérieurs de la conscience.

Voici l’histoire d’une personne somme toute banale, mais pourvu d’une Foi indéfectible en la Lumière. Je vais la laisser s’exprimer à la première personne, comme si elle vous racontait elle-même son histoire :

Je m’endormis paisiblement après une journée bien remplie. Puis, au milieu de la nuit, je me réveillais, dans un corps auto-lumineux, revêtu de vêtements d’une blancheur immaculée, radiants eux-mêmes une douce Lumière blanche et dorée.

Ma surprise était, bien entendu, aussi grande que le nombre d’étoiles qui nous saluent lorsque la nuit tombe. Partagé entre l’émerveillement et l’interrogation, j’observais mes mains, mon corps, mes vêtements. J’étais assis sur une sorte de plateforme dont l’herbe était douce, brillante et magnifique, que quelques fleurs blanches et argentées en forme d’étoile habillaient. Mon regard se porta juste devant la petite plateforme. A quelques mètres de ma position, il n’y avait qu’un vide vertigineux, sans apercevoir le sol. Seul des nuages d’une grande blancheur semblaient entourer cette plateforme herbeuse.

Alors, je me levais et me retournais doucement, pour apercevoir à une vingtaine de mètres d’étranges portes, immenses, sur lesquelles étaient gravées des roses et des fleurs de lys en or.

Ma surprise était totale, et pourtant, un bien-être immense m’envahit. Il me semblait retourner chez moi après un long périple. Quel bonheur de retrouver cette sensation d’infinie légèreté, qui est l’apanage d’un corps éthérique qui n’est pas fait d’organes physiques mais de Lumière liquide.

Je m’avançais doucement des Grandes Portes, puis tendis une main pour toucher celle de droite dans l’idée de l’ouvrir, mais ma seule pensée sembla suffire à cette action, car les deux portes s’ouvrirent doucement, sans le moindre bruit, laissant apparaître une vallée magnifique, fleurie, étincelante et qui semblait infinie. De nombreux arbres majestueux qui semblaient vivants, ainsi que de multiples petits courants d’eau scintillants complétaient le décor réellement magique, d’une beauté inouïe.

Trois êtres de Lumière, d’une grâce et d’une exquise élégance, vinrent vers moi. J’étais ébloui d’une telle splendeur. Le personnage central, revêtue d’une tunique blanche irisée de fil d’or s’avança, Il me dit ceci :

« Te voici chez toi, du moins l’espace d’une expérience qui t’est offerte par le Grand Architecte de l’Univers. Ta localisation sur ce que les humains appellent la Terre n’est qu’un minuscule point parmi cette vaste matrice, mise à disposition de toute créature qui choisie d’expérimenter sur le plan tridimensionnel.

Et puis, il y a de très nombreuses matrices beaucoup plus fines, ou toute discorde n’existe plus. Les matrices créées sur différents plans sont nécessaires à l’évolution de chaque âme. Elles sont des supports d’expressions, de création et d’imagination, modelée et sublimée par l’apport de ses résidents. Plus la matrice est grossière, plus elle confronte ses locataires à de grandes épreuves. Plus la matrice construite est lumineuse, plus elle se rapproche des mondes de Lumière où résident ceux que l’on nomme les Immortels. Ces Etres Ascensionnés de pure Lumière voguent sur les flots mêmes de la Création, et sont donc des Créateurs en puissance, sans limite de temps ni d’espaces.

Ils sont une mer de Lumière omnisciente et omnipotente, étendant leur énergie bienfaisante où cela est nécessaire, quelle que soit la strate vibratoire concernée.

Tu es ici dans un endroit que ta conscience connaît. Avant ton incarnation terrestre, tu as vécu ici pendant, selon le temps que vous définissez sur le plan matériel, l’équivalent d’une quinzaine d’années.

Viens, je vais te montrer. Prends ma main et volons à ta demeure qui t’accueillera à nouveau, une fois ton pèlerinage terrestre de cette incarnation achevée. Les règles de la gravité ne s’appliquent pas ici, car c’est la pensée qui dirige ses propres désirs constructifs. »

Je tendis ma main vers celle de l’être de Lumière, et nous nous envolâmes vers le lieu de ma résidence supposée. En prenant de la hauteur, je découvris un paysage au relief doux et harmonieux, offrant une nature exubérante de beauté et de sérénité. Sous mon regard émerveillé défilait des collines de fleurs qui semblaient vivantes, des forêts dont de multiples chemins étaient dessinés pour la promenade méditative. Mais aussi des petites rivières cristallines qui s’amusaient entres les arbres, semblant les inviter à se repaître de leur pur nectar.

J’aperçu également des petites créatures ailées ici et là qui semblaient s’affairer à entretenir toutes ces merveilles. Il y avait également des myriades d’oiseaux blancs, roses, bleus, verts, qui semblaient dessiner des motifs harmonieux dans le ciel par leur danse gracieuse.

Ce lieu était si loin, d’un point de vue vibratoire, du monde d’où je venais. Il est vrai, que le temps d’une fugace pensée, je me disais que personne ne me croirait de retour sur Terre, et qu’il serait préférable que je garde le silence. L’harmonie imprégnait tellement ce lieu et était en telle opposition avec une humanité en proie à de si grandes difficultés, que la révélation de cette expérience me ferait passer pour un doux illuminé, à juste titre me diriez-vous, en proie à des rêves naïfs bordés d’une imagination enfantine.

Tout semblait ici si vivant. Les couleurs étaient parfois soutenues mais jamais criardes, agressives ou sombres. Elles reposaient l’oeil et en même temps lui donnait un sentiment d’intense harmonie, de symbiose, comme si cette Nature si généreuse faisait partie intégrante de mon être. Je la sentais, je respirais avec Elle, au même rythme, j’étais Cette Nature qui m’accueillait si généreusement.

Je ne vis aucune cité, mais de multiples habitations éparpillées dans cette somptueuse Nature, dont les toits étaient en forme de dômes, blancs, dorés, roses et toute autre couleur douce qui s’harmonisait avec son environnement. Par exemple, je me rappèlerais toujours cette maison, dont le toit rose principal, accompagnés de deux autres petits toits, était comme planté dans un champ de roses. A croire que chacun et chacune ici précipitait par sa pensée l’environnement qui lui ressemblait le mieux. La création était à l’honneur et chaque lieu était une symphonie de couleurs, de créativité et d’imagination.

Mais tandis que j’étais absorbé par ce sublime décor, nous arrivâmes à destination. Vue d’en haut, le toit en forme de dôme était d’une substance opaline, avec des reflets dorés et violets. Une esthétique petite passerelle blanche enjambait un ruisseau et faisait la jonction entre la demeure principale et une charmante maisonnette surmontée également d’un toit de même nature. Je fus immédiatement attiré par ce lieu magique, car cette petite maisonnette était posée sur un plan d’herbe d’un vert tendre agrémenté de multiples petites fleurs colorées, entourés d’arbres magnifiques dont les branches fleuries semblaient saluer délicatement l’endroit qui dégageait une énergie si spéciale. Sur un côté, la vue était dégagée et plongeante et offrait un spectacle magnifique sur les vallées environnantes.

Nos pieds se posèrent délicatement sur le devant de la maison principale. Toutes les demeures de ce monde étaient rondes, surmontés de dômes. Tout n’était en effet que rondeur, les grandes ouvertures, les fenêtres, et chose curieuse, aucunes portes ou vitres, tout était ouvert.

L’être de Lumière lit ma pensée et me dit :

« Il n’y a aucun danger ici, il n’y a que des frères et soeurs d’une immense bienveillance, qui ne s’invitent jamais chez vous sauf si, en pensée, vous les priez de partager un moment avec eux. Et puis, le climat ici est éternellement doux et agréable. Les saisons que vous connaissez sur Terre n’existent pas dans ce lieu.

D’autre part, les corps ici ne sont pas sexués. Le principe féminin et masculin, dans sa dimension spirituelle, sont l’apanage de chaque esprit et de chaque corps. Ainsi, toutes les qualités divines font parties des êtres qui évoluent ici : l’Amour, la compassion, la douceur, mais aussi l’esprit de décision, la force intérieure bien dirigée. L’apparence extérieure est choisie par chacun et donc peut revêtir une apparence masculine ou féminine, mais sans que cela n’influe sur un système hormonal qui n’existe pas. Cependant, une conscience peut se sentir plus en adéquation avec ce qu’elle ressent être, et choisir ainsi son apparence en regard des fonctions qui lui sont propres. Il n’y a donc aucune tension, mais juste la liberté infinie de vivre une vie parfaitement harmonieuse.

Deux âmes jumelles ou très proches peuvent également se retrouver en même temps ici et habiter dans la même demeure, si néanmoins elles suivent une même trajectoire d’évolution. Cela se produit souvent lorsque deux âmes jumelles sont proches de l’Ascension et ont été réunies sur Terre.

Dans tous les cas, il n’y a jamais de sentiment d’isolement en ces lieux, car les rencontres, au choix de chacun, peuvent être nombreuses, et, le plus important, l’âme est constamment reliée à sa divine Présence.

Comprenez bien cependant que ces lieux ne sont que transitoires, juste une aire de repos entre deux incarnations. En effet, lorsque l’être atteint son Ascension, il est dirigé bien souvent directement vers les Octaves de Lumière, des Demeures sublimes et immatérielles que seuls les êtres Ascensionnés connaissent. Mais il arrive parfois qu’une conscience revienne ici un court délai avant son Ascension, simplement pour lui donner l’élan nécessaire à ce glorieux accomplissement. »

Je me demandais si l’être qui me parlait faisait partie de cette illustre fratrie. Il lu ma pensée et esquissa un sourire discret.

Nous entrâmes par la grande entrée de la maison principale, et je découvris un endroit absolument ravissant et chaleureux. Le blanc dominait sans cependant être froid, avec de douces lumières tamisées ici et là qui étaient cachées par des saillies qui fusionnaient avec les murs. D’ailleurs, la Lumière était produite de façon invisible sans aucun système électrique comme on le connaît sur Terre.

Il n’y avait pas de meubles, ou d’objets divers et variés que l’on utilise dans les plans tridimensionnels, mais simplement des formes gracieuses et arrondies, comme cette belle table opaline, et tout autour des proéminences qui sortaient du sol et formaient des assises confortables. Et puis, surtout, de multiples bouquets de fleurs parfumaient délicatement l’ensemble, posés dans des corniches sur les murs. Il ne s’agissait pas de fleurs coupées, mais, comme me l’a expliqué l’être de Lumière, de fleurs précipitées qui se renouvelaient au gré des humeurs de l’habitant. Bien entendu, je n’habitais plus cette demeure pour le moment, mais l’ambiance s’autogérait apparemment d’elle-même, semblant attendre mon retour.

Il n’y avait pas de pièces fermées, mais juste séparées par des ouvertures arrondies qui débouchaient sur d’autres pièces, plus petites que la principale où nous étions. Ces autres lieux de vie étaient principalement des ateliers créatifs, où chacun exerçait son art, puis le partageait avec la communauté s’il le souhaitait.

L’environnement était si apaisant, si agréable et ressourçant, bien difficile à décrire car il s’agissait d’un sentiment intérieur profond produit par une vibration si lumineuse.

Je me posais une question s’il y avait des cycles diurnes et nocturnes en ce monde. Mon Ami lumineux lu bien entendu ma pensée et me répondit ceci :

« Il y a des cycles jour et nuit, mais juste pour le plaisir d’observer les étoiles, ainsi qu’une Nature qui offre pendant ces périodes nocturnes un magnifique spectacle de végétaux qui deviennent pour certains cristallins, fluorescents et s’animent de couleurs merveilleuses.

D’autre part, les habitants de ce monde ne dorment jamais, mais à la place du sommeil dont les corps humains ne peuvent se passer, il y a des séances de reliance avec la Lumière que chacun observe ici. Pour cela, la petite maisonnette qui vous a intrigué est ce lieu où vous-même, avant votre présente incarnation terrestre, communiez avec la Lumière.

Même si chacun ici est en connexion permanente avec sa propre Présence divine, ces moments de communion s’apparentent à une forme de contemplation plus approfondie, qui apporte une énergie créative décuplée, en plus d’une plus grande symbiose avec la Lumière. Cela permet aux résidents de ce monde de tendre toujours plus vers leur propre Ascension. »

Je le remerciais pour ses explications éclairantes, mais, en observant la pièce où nous nous trouvions, ainsi que les pièces adjacentes, je remarquais qu’il n’y avait pas de cuisine, de vaisselle ou encore d’armoire pour ranger ses vêtements.

A nouveau l’être de Lumière pris la parole et me dit ceci :

« Voyez-vous, la précipitation est ici le moyen utilisé pour combler tous vos besoins. La nourriture n’est pas indispensable mais vous pouvez néanmoins précipiter des mets légers dont la substance n’a rien à voir avec votre alimentation terrestre. Ce sont des substances qui électrisent les corps éthériques afin, encore une fois, d’élargir la conscience de sa propre dimension spirituelle.

De la même façon, les vêtements sont précipités à la vitesse de la pensée, des habits d’une grande grâce, légers, fluide, et tout simplement magnifiques. »

J’avais tellement de questions à poser à ce merveilleux être de Lumière, mais je sentais intérieurement que la fin de ma courte odyssée arrivait à son terme. Ayant le souvenir de ma vie terrestre actuelle, c’était difficile d’y retourner, mais pourtant, je savais que cette existence terrestre m’était indispensable pour parfaire mon évolution.

Je me retournais alors vers mon hôte. Je ressentais depuis le départ que je le connaissais, mais qu’il cachait sa véritable apparence pour ne pas me déconcentrer de mon expérience.

Aussitôt, l’être de Lumière me regarda de ses beaux yeux violets et me dit : « Les plans intérieurs de ta conscience m’ont pourtant reconnu… Je Suis Saint-Germain. »

Et je me réveillais soudainement dans mon lit, de retour sur Terre.

Voilà pour l’histoire de cette personne, qui, croyez-moi, n’oubliera jamais son extraordinaire aventure.

POURSUIVRE VOTRE LECTURE >>> https://www.flammeviolette.com/blog53.htm


J’espère que ces voyages vous inspireront à vous ouvrir toujours davantage à la Lumière de vos chers coeurs, et des merveilleuses surprises qui vous attendent après votre départ de cette Terre. Plus votre Vie sera tournée vers une infinie bienveillance, accompagné d’un grand désintéressement, plus assurément vous vous élèverez vers les Sphères de Lumière, et profiterez un jour… à toute la Création.

LIEN DE L’ARTICLE >>> https://www.flammeviolette.com/blog53.htm

Avis. Les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif.
Votre discernement doit prévaloir en tout temps. Utilisez-le.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.