Thierry DESBONNETS : Je veux croire — @thierry.desbonnets

le
ᴄʀᴇᴅɪᴛ ᴘʜᴏᴛᴏ 📷 Anastasia Shuraeva provenant de Pexels

J’ai tant de raisons de douter, tant de raisons pour ne plus croire en l’homme. Que je le regarde de près ou de loin, mes yeux me disent sa cruauté, son ignorance, son arrogance. Il est partout dans un couteau qui se plante, une bombe qui explose ou le cynisme d’un puissant. Sa victime peut être sa femme, son enfant, ou son chien, son voisin, un étranger ou une foule qu’il abhorre. Il est dans le politicien menteur, le dictateur narcissique, le terroriste aveugle, le consommateur effréné, le citoyen modèle, le voyou de banlieue.

Il est en moi aussi, dans mes petites lâchetés, mes petits égoïsmes, mes mesquineries ordinaires et toutes ces petites condamnations que je distribue autour de moi. Que de mépris, que d’aveuglements, que de petits arrangements avec la vérité et la conscience dans notre nature humaine, que de veulerie, de conformisme, de petite bourgeoisie des idées dans nos raisonnements…

J’en viendrais à craindre et espérer que ces temps soient les derniers de l’homme sur la terre, tant notre planète n’est bientôt plus bleue que des coups qu’on a porté sur son corps et son visage. On vide ses entrailles, on brule et vérole sa peau, on massacre par milliards les autres formes de vie qu’elle protège en son sein.

L’espace d’un instant, je me prends à croire que je suis la seule victime, et le seul témoin de cette catastrophe. C’est comme si ma conscience était devenue la plus pure conscience et ma souffrance la plus sublime souffrance, comme si je m’extrayais du monde pour savoir combien il est immonde.

Alors quoi, je laisse tomber, pensant que l’homme n’en vaut plus la peine? Cette colère qui m’envahit, je le sens bien, peut pétrifié mon cœur en le rendant uniquement fait de peur et de pierre. Si je ne crois plus en l’homme, je me retrouve sans rien…

Si je verse tant de larmes, c’est bien que l’homme en vaut la peine. Si je n’aimais, ne serait-ce qu’un peu, toute cette humanité, celle des autres ou la mienne, je serais sans douleur, sans chagrin, je ne verrais sa fin que méritée. C’est pourquoi c’est bien dans ce désespoir lui-même que je retrouve la trace, l’infime trace, l’insigne trace, que j’aime cette putain d’humanité.

J’aime le sourire d’un enfant, fut-il le plus démuni par le sort ou la maladie. J’aime le spectacle que m’offre encore de ci de là cette planète couleur azur. J’aime la chaleur de la peau et des bras qui me font sentir combien il n’y a pas plus grande plénitude que d’aimer et d’être aimé. J’aime reconnaître en l’autre, qu’importe ses horizons, un frère ou une sœur. J’aime le peuple des «pro-fêtes» qui annoncent tant d’autres façons de vivre, plus fraternelles et solidaires. J’aime les clowns, les acrobates, les funambules. J’aime les généreux, les altruistes, ceux qui font du bien aux autres.

Si je ne crois plus en l’homme, je me retrouve sans rien, je me retrouve sans Un. Alors, je veux croire, encore un peu, au moins jusqu’à ma mort, qu’il faut espérer. Après tout, même avec l’homme, le pire n’est pas toujours certain.

© Thierry DESBONNETS
@thierry.desbonnets

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @thierry.desbonnets

Chères lectrices, chers lecteurs, Prenez avis que ce texte a été publié pour l’intérêt informatif qu’il représente en lien avec le thème abordé sur ce blog. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de sa source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Utilisez-le. Votre hôtesse, Andree Boulay.


🌹 A n d r e e B o u l a y B l o g 🌹
ᴜɴ ʙʟᴏɢ ᴅᴇᴅɪᴇ ᴀ ʟ’ᴀᴍᴏᴜʀ ᴅᴇ sᴏɪ

ᴄʀᴇᴅɪᴛ ᴘʜᴏᴛᴏ 📷 Jake Thacker sur Unsplash
© 2019-2022 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.