Approche holistique | Éveil du coeur

Thierry DESBONNETS : Noël est un paradoxe tragique.

Photo par Ivan Diaz sur Unsplash

Noël est un paradoxe tragique, parfait exemple de dévoiement de l’esprit humain où la cruauté s’insinue avec délice dans la célébration de la générosité. Cette fête chrétienne a pris tous ses symboles dans les religions qui l’ont précédée (solstice d’hiver, le symbole de l’arbre, la conception virginale de l’enfant Dieu, etc.). Il faut entendre le récits évangéliques sur la naissance de Jésus comme un conte destiné à accréditer le dogme de la double nature, divine et humaine, de celui qu’on appelle ensuite le Christ.

À la piété mise à célébrer cet « avènement », s’est peu à peu, mais irrémé«diablement» substituée une grande opération commerciale où l’occident se replet à satiété de son hyper consommation. Elle se fait au prix de pillage odieux des ressources de la planète, de l’exploitation inhumaine de millions de travailleurs, dont de trop nombreux enfants à travers le monde, et du massacre de tant d’animaux sacrifiés sur l’autel de nos tables de Noël.

Faut-il alors détester Noël? Beaucoup, le font, parfois pour dénoncer ses dérives, d’autre fois à cause de ce sentiment douloureux d’être exclus de la fête. Qu’elle est cruelle en effet cette fête pour celui qui vient de perdre quelqu’un avec qui il avait tant de joie à la fêter avant, pour celui qui n’a pas les moyens d’offrir des cadeaux à ses enfants, pour celui qui se retrouve seul, sans toit, sans ami, sans famille. Tous les esseulés détestent cette fête…

Doit-on alors sauver Noël? Sans doute. Mais pour le faire, il faut retourner au conte de Noël qui le fonde. On raconte qu’une jeune femme, sans doute une fille mère, qu’un homme plus âgé a accepté de sauver du déshonneur en l’épousant, en promettant d’élever son fils et de lui transmettre son métier, dut voyager avec lui.

C’était à une époque où cette future maman risquait sans doute d’être lapidée pour avoir conçu un enfant hors mariage. Même si sa grossesse avait été le fruit de la violence d’un viol, c’est elle qui risquait la mort. Mais celui qui est devenu son mari l’a protégée de cette cruauté et lui a offert la sécurité d’une famille. N’était-il pas bon samaritain avant l’heure? Qui sait. Alors, Noël peut être une fête de la compassion, de la bienveillance, de la solidarité et de la protection de l’autre.

Ils n’avaient pas d’endroit où s’abriter quand l’heure de l’accouchement survint. Était-ce une grotte, était-ce une étable qui servit pour accueillir cette naissance? En tout cas, « ça tenait du miracle » que la naissance ce soit bien passée. Noël est donc le rappel de l’incroyable précarité de la naissance et de la vie humaine. Sans la présence et la chaleur des animaux tout proche, on peut imaginer que l’enfant était en grand danger. Là encore, Noël nous redit l’essentiel de ce compagnonnage animal.

Mais ce n’est pas une célébration de la richesse, mais du dénuement, de la précarité et de la solidarité qui se fonde dans ce récit, quand sont accourus en premiers les parias, les exclus de ce monde, les bergers de la Palestine ancienne.

Noël ne mérite d’être une fête, une joyeuse fête de famille, qu’à la condition de ne pas oublier qu’elle célèbre les mille formes de solidarité que nécessite la protection de la vie, au moment de sa plus grande fragilité. S’il y a quelque chose de divin là dedans, ce n’est que cela: ne rien empêcher de la conspiration de l’univers pour qu’il y ait de la vie et penser que l’autre nom de cette conspiration, c’est l’amour.

© Thierry DESBONNETS
@thierry.desbonnets

Lien de cette publication: FB Andree Boulay

🌹 A n d r e e B o u l a y B l o g u e 🌹
Un blogue dédié à l’amour de soi
Photo par Timothy Dykes sur Unsplash
© 2018 – 2023 Andree Boulay Blogue – Tous droits réservés

ARCHIVES

RECHERCHER

3 réflexions au sujet de “Thierry DESBONNETS : Noël est un paradoxe tragique.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.